Actus

Home / Archive by category "Actus"
Technologie : Quand les autres parents ont des règles différentes des vôtres

Technologie : Quand les autres parents ont des règles différentes des vôtres

Par Devorah Heitner

Un parent m’a taguée sur une excellente publication Facebook l’autre jour. Sa requête a fait écho à une question que les parents me posent souvent : que faites-vous lorsque les règles des autres parents sont différentes, en particulier quand vos enfants et les leurs jouent sur la même aire de jeu numérique ?

“Je commence à fatiguer de ma fille de 11 ans qui me demande un compte Snapchat. Elle prétend que tous ses amis en ont un depuis au moins un an ou plus et se sent embarrassée de leur dit qu’elle n’y est pas autorisée quand ils le lui demandent. Selon elle, et le nombre de ses amis ayant de multiples comptes sur les médias sociaux, c’est la norme dans cette communauté d’autoriser les enfants de cet âge à avoir Snapchat et d’autres comptes sociaux malgré que cela est supposé être interdit aux moins de 13 ans. Suis-je surprotecteur ? Ma fille est-elle réellement la SEULE sans compte Snapchat ? Comment les autres parents se sentent-ils à ce sujet ?”

En ce qui concerne la technologie et les enfants, les autres parents peuvent venir compliquer les choses. Même si vous avez le sentiment de contrôler ce qui se passe dans votre maison, les parents des copains de vos enfants entrent sans aucun doute en jeu.

blog

Combien de fois avez-vous entendu “Mais tous mes amis ont un iPhone !” ou encore “La mère de Gabe le laisse utiliser Snapchat, pourquoi est-ce que je ne peux pas ?”. Nous avons peut-être perçu nos propres parents comme stricts ou indulgents par rapport aux autres. À quelle heure était votre couvre-feu ? Etiez-vous autorisé à recevoir des amis ? Ou à aller chez eux sans surveillance ?

La différence maintenant, c’est qu’il y a plus d’une gamme d’opinions et de valeurs en ce qui concerne les problèmes que la technologie ajoute aux challenges traditionnels de la parentalité. Une grande partie du monde numérique des enfants tourne autour des réseaux sociaux. Alors, la perception d’être laissé de côté peut être accrue en ce qui concerne la participation aux conversations de groupe, les jeux en ligne et les réseaux sociaux.

Que devons-nous faire quand les parents des amis de nos enfants ont des règles différentes ? Comment devons-nous gérer cela de manière objective ?

 

Untitled design

Supprimer le jugement : Je travaille avec des familles, et je vois combien il est difficile pour les parents de parler de leurs expériences à d’autres parents. Il y a beaucoup de jugement et de négativité (à la fois interne et externe). Le doute s’installe : “Est-ce que je fais le bon choix ?”. Nous condamnons aussi rapidement : “Je n’aurais jamais autorisé cela à mes enfants”. Tout le monde veut bien faire les choses pour ses enfants et chacun a ses propres valeurs. Commencez avec un peu d’empathie. Essayez de voir les choses du point de vue d’un autre parent, peut-être vous changerez le vôtre. Quoi qu’il en soit, cela vous aidera à comprendre leurs choix et à gérer l’effet qu’ils ont sur vos enfants.

Communiquez ouvertement : Si tout le monde s’efforce de parler de manière ouverte de la parentalité numérique et adopte une approche orientée sur la communauté quand nous sommes concernés par le comportement des enfants, nous en bénéficierons tous. La plupart des parents sont heureux de partager leurs expériences. La parentalité est difficile, et il est bon de trouver quelqu’un qui peut s’y rapporter ! Il peut être rassurant de parler à d’autres parents qui ont fait face à une situation similaire. Prenez les devants et commencez la conversation !

Abandonnez la culpabilité : apprenez de ce que font les autres parents, mais ne laissez pas la comparaison vous faire sentir coupable. J’ai vu de la honte chez certains parents parce qu’ils pensaient que tout le monde était au dessus, ou faisait mieux qu’eux. Nous avons chacun notre style d’éducation ! Cela peut aider de voir ce que les autres font pour établir un cadre de référence. Mais assurez-vous de ne pas succomber au côté négatif de la comparaison. Oui, nous faisons tous des erreurs parentales, mais la culpabilité aide rarement.

Ayez confiance en vos décisions : vos valeurs sont vos valeurs ! Tout comme vous essayez de ne pas juger d’autres parents, vous devriez également vous sentir libre du jugement des autres. Vous êtes un parent intelligent, avec beaucoup d’expérience dans votre vie, et vous faites ce qui est juste pour votre famille. Alors sentez-vous confiant quant à vos choix, et ne les laissez pas être conduits par les autres ! Autant que vous le pouvez, ne laissez pas les autres prendre d’importantes décisions à votre place. Vous êtes fort et en contrôle de la situation, même si parfois, vous n’en avez pas l’impression !

Définissez les “jalons de confiance” : Si votre enfant prétend être le dernier de ses pairs à ne pas avoir de téléphone portable ou tout autre appareil, vous pouvez élaborer avec lui d’autres stratégies pour qu’il puisse maintenir le contact avec ses amis. Indiquez lui clairement le moment où vous envisagerez de l’autoriser à avoir un téléphone et sous quelles conditions. Par exemple, il y a peut-être un “jalon de confiance” pour qu’il puisse obtenir votre permission, comme contribuer financièrement au plan mensuel, ou adhérer à certaines règles concernant son utilisation.

Créez une communauté : Quand on est un parent acceptant la technologie, il faut s’adresser à d’autres personnes qui s’engagent sur ces questions. Trouvez des parents qui se voient comme des mentors de la technologie. Y a-t-il une maman ou un papa qui connaît beaucoup de choses sur Minecraft et peut vous aider à configurer votre serveur personnel ? Y a-t-il quelqu’un au travail qui se sent confiant sur les réseaux sociaux et peut vous renseigner sur les paramètres de confidentialité afin que vous vous sentiez plus confiant quant à ce que vos enfants partagent (ou non) avec le monde ?

Untitled design-2

Faire face aux décisions des autres parents peut être difficile. Nous pouvons essayer de trouver un cercle social plus compatible, mais nos enfants choisissent leurs amis et nous n’avons pas vraiment de contrôle là-dessus. Avec chaque nouvel ami viennent de nouveaux parents, de nouvelles règles qui influencent votre vie de famille.

Je regarde tout à travers l’objectif du mentorat. Nous sommes de meilleurs parents, enseignants et leaders communautaires lorsque nous encadrons nos enfants. Quand nous leur apprenons à prendre de bonnes décisions, nous leur donnons de nouvelles clés. Nous devons également être de bons mentors pour les autres. Faites le premier pas. Soyez le mentor de votre communauté.

Commencez avec un sujet que vous connaissez très bien. Construisez une question autour du problème. Écoutez les commentaires. Répondez judicieusement. Ouvrir la discussion est la première étape !

Utilisez les e-mails, un groupe Google ou Facebook, qui sont faciles à configurer et gratuits. Ils permettent également aux gens de se rencontrer de façon virtuelle et asynchrone, sans les tracas des réunions physiques. Parler face-à-face est précieux, mais peut devenir un luxe dans nos vies remplies d’action.

Il y a des moments où vous souhaiteriez que votre enfant change d’amis (ou que les parents dont vous aimez le moins les règles partent loin). Établir vous-même une communauté peut vous aider à vous sentir plus impliqué quant à ce qui se passe pour vous et vos enfants dans le monde du numérique même si ce “village” ne rend pas les choses simples.

 

13 mai 2017

Source : http://www.dailyherald.com/business/20170513/when-other-parents-have-different-technology-r

5 idées reçues sur l’enseignement du codage aux enfants

5 idées reçues sur l’enseignement du codage aux enfants

Depuis que la révolution numérique est en marche, l’enseignement du codage aux enfants est en pleine croissance. Il existe un certain nombre d’applications, de manuels, ou encore de tutoriels qui permettent d’apprendre cela aux enfants.

Apprendre à coder dès le plus jeune âge aide les enfants à développer des compétences en terme de résolution de problèmes, à améliorer leur créativité et à booster leur attention. Cependant, les idées reçues ont la dent dure à ce sujet ! Nous avons fait une sélection des 5 idées reçues les plus répandues pour en discuter.

Idée reçue n°1 : les enfants ne peuvent pas apprendre à coder à un si jeune âge !

Les enfants apprennent plus vite quand ils ont entre 5 et 12 ans. La meilleure façon de leur enseigner le codage est de les inscrire dans des cours.

baby-84626_1280

Partout dans le monde, on se demande si cet apprentissage devrait être inclus ou non dans le programme ordinaire. Il n’existe pas d’âge limite pour apprendre à coder.

C’est un bon entraînement pour se construire un esprit créatif. De nombreux programmes sont faits spécialement pour les enfants. La plupart des applications combinent alors le codage et le jeu, ce qui les rend plus attrayantes pour les enfants.

Idée reçue n°2 : Les enfants s’ennuient facilement en programmant

Oui, quand le codage leur est expliqué de la même manière qu’aux adultes, c’est ennuyeux ! Heureusement, il existe plein d’applications amusantes et intéressantes qui apprennent aux enfants à écrire leurs premières lignes de code. La combinaison de jeux et de leçons est idéale pour capter l’attention des enfants. Cela rend également plus accessible la logique en arrière plan et la rend plus intuitive et ludique.

Les enfants apprennent alors en jouant et utilisent une technologie adaptée à leurs propres besoins.

Idée reçue n°3 : Ils passeront trop de temps devant les écrans

Beaucoup de parents ont peur que leurs enfants restent scotchés devant un écran d’ordinateur. De plus, beaucoup pensent qu’à cet âge, ils ne peuvent pas rester assis très longtemps et ont du mal à concentrer leur attention sur une seule chose. Et pourtant, c’est faux !

watching-2082788_1280

L’invention, compétence qui facilite l’établissement des bases de la confiance et de la création, peut se travailler dès le plus jeune âge.

Celle-ci peut être pratiquée en comprenant et explorant l’environnement et en inventant de nouvelles choses. Il est bien connu que les enfants aiment explorer, il n’est donc pas difficile de susciter leur intérêt pour apprendre les principes de codage en les présentant comme un jeu.

Idée reçue n°4 : Les filles ne devraient pas apprendre à coder

Il existe une (fausse) idée commune selon laquelle les jeunes filles ne devraient pas apprendre à coder parce qu’il s’agirait d’un métier pour homme. Cela évolue, car de plus en plus de femmes choisissent la programmation comme métier. Le faible pourcentage de femmes dans cette industrie ne devrait pas vous décourager de permettre à votre fille à apprendre à programmer.

children-593313_1280

Idée reçue 5 : Vous devriez choisir le bon langage de codage dès le début

Il y a un débat centré sur le langage le plus approprié pour commencer et celui le plus adapté aux enfants.

Si nous considérons les langages utilisés dans la vraie vie, il est toujours mieux de commencer avec un langage dont la syntaxe est facile à apprendre. Python et Javascript en sont de bons exemples et peuvent être facilement utilisés sur tous les appareils et tous les navigateurs web.

Mais il est impossible de choisir le bon langage, car chaque enfant est différent et, alors que certains enfants peuvent facilement saisir la syntaxe d’un langage, d’autres pourraient avoir du mal à l’apprendre. Chaque enfant doit choisir son langage de programmation préféré, ou abandonnera la programmation, ce qui n’est pas grave.

De plus, il est très compliqué de prévoir quel langage sera le plus demandé quand cette nouvelle génération grandira.

puzzle-1746552_1920

Cela dit, il est préférable de se concentrer sur la résolution de problème, la gestion de projet et les compétences plus douces qui s’améliorent quand les enfants apprennent à coder. Une fois qu’ils auront appris les bases et grandiront, ils auront plus d’opportunités d’emploi et pourront appréhender rapidement tous les langages populaires à ce moment là.

 

06 janvier 2017

Source : http://www.theedadvocate.org/5-myths-about-teaching-kids-to-code/

7 façons dont la technologie numérique change l’éducation !

7 façons dont la technologie numérique change l’éducation !

Comment la technologie numérique modifie-t-elle l’éducation ? Voici 7 points pour en savoir plus sur la façon dont celle-ci révolutionne le visage de l’école et de l’éducation à l’échelle mondiale.

  1. La disponibilité des classes et programmes en ligne

Premier constat, et pas des moindres : les écoles et classes en ligne sont de plus en plus nombreuses. Sur le web, on trouve même des classes appelées « MOOC’s », autrement connues sous le nom de « Massive Open Online Courses », qui deviennent de plus en plus populaires. Ces programmes complets disponibles sur internet permettent à tous les apprenants de se réunir de n’importe où dans le monde et à n’importe quel moment tout en ayant un accès facile à ces contenus depuis chez eux.

  1. Les textes d’apprentissage sont maintenants numérisés

Regardez dans le sac à dos des lycéens ou étudiants et vous verrez que les manuels scolaires physiques sont doucement remplacés par les iPads ou autres formes de périphériques connectés aux médias en ligne. Avec le développement rapide des médias et livres en ligne, des lecteurs électroniques et des programmes d’apprentissage développés pour les smartphones, le manuel scolaire se raréfie… Vous pouvez oubliez le temps où les sacs à dos étaient chargés d’une pile de bouquins car désormais, l’apprentissage est en ligne !

sac-herschel-little-america-mid-gris-intrieur

  1. L’apprentissage mobile

Les ressources en ligne ne cessent de croître : livres, cours… Il est désormais possible d’étudier sans souci à partir d’un téléphone ! A titre d’exemple, les MOOC’s comme le très réputé « Future Learn » vous permettent d’accéder à vos cours depuis votre smartphone. Ouvrez simplement le cours, branchez vos écouteurs et suivez le contenu et les discussions de la classe. Que vous soyez dans le métro, le bus ou le train, vous pouvez instantanément vous connecter à un monde plein d’apprenants et d’apprentissages !

  1. L’enseignement et l’apprentissage personnalisés

La technologie investit les classes et facilite la vie des professeurs. Ces derniers sont plus à même de personnaliser leurs leçons, consignes et projets pour chaque groupe ou chaque enfant. L’utilisation de programmes conçus spécialement pour distribuer le travail en classe leur permet de gagner du temps et de personnaliser leurs leçons, en se concentrant sur le travail de chaque élève. Grâce à ces outils, les professeurs offrent un suivi plus personnalisé à leurs élèves et leur permettent d’avancer et de réussir à leur rythme. Les enseignants peuvent également transmettre des commentaires, des notes et des rapports directement aux élèves à travers des plateformes en ligne, des portails scolaires…

2017-02-02-11-06-13

 

  1. Conseils et instructions de divers enseignants

Avec la technologie, tout est possible ! Les étudiants peuvent désormais se mettre en relation avec divers enseignants, éparpillés dans le monde entier. Ils ont également la possibilité de participer à des classes multiculturelles, tutorées par des enseignants venant d’Afrique du Sud, d’Angleterre, du Brésil ou encore d’Espagne de façon simultanée ! Chaque enseignant apporte ainsi sa propre perspective, culture et langue dans l’apprentissage.

globalalisierung-63771_960_720

  1. Collaboration et apprentissage par les pairs dans la classe

Avec le développement des apprentissages en ligne, les opportunités de collaborer pour les étudiants se multiplient. Certains groupes peuvent être cosmopolites et confronter des modes de pensée divers. Les étudiants peuvent travailler ensemble sur des plateformes ou portails en ligne pour échanger leurs idées mais également de manière informelle sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Pinterest…). Les enseignants encouragent ces démarches et créent des cours qui inspirent et incitent les discussions entre élèves.

  1. Instructions et résultats pilotés par les données

On parle de pilotage de données lorsque l’on combine, compare et analyse une grande quantité de données via des outils numériques. On assiste donc à un autre changement causé par la montée de la technologie numérique. Certains enseignants utilisent des dispositifs de notation en ligne et les outils d’analyse sont de plus en plus précis. Ces instruments de classement peuvent fournir des résultats plus précis en ce qui concerne la performance des élèves mais peuvent également constituer une limite pour l’enseignant quand il s’agit de juger les performances des élèves en fonction du contenu écrit, de la participation en classe…

Que nous réserve l’avenir?

L’utilisation des technologies dans les salles de classes, qu’elles soient physiques ou virtuelles, ne cesse d’augmenter. Mais cet apprentissage numérique ne possède pas que des avantages : disparition des interaction physiques dans l’espace scolaire, diminution de la capacité à travailler réellement en équipe… Il y a bien un revers à la médaille. Toutefois, toute cette technologie a considérablement contribué à améliorer l’avenir de l’apprentissage, et a permis aux étudiants et professeurs du monde entier de mutualiser leurs connaissances tout en augmentant leurs opportunités d’apprendre.

ball-457334_960_720

17 avril 2017

Source : http://www.thetechedvocate.org/7-ways-digital-technology-changing-face-education/

Comment orienter nos filles vers la technologie ? L’exemple de Minecraft

Comment orienter nos filles vers la technologie ? L’exemple de Minecraft

Comment orienter nos filles vers la technologie tout en prenant en compte qui elles sont vraiment ?

Aujourd’hui, seulement 26% des professionnels de l’informatique sont des femmes. Malgré les millions de dollars investis et l’intérêt des filles pour les maths et les sciences à l’école, l’écart entre les deux sexes persiste. Peu de filles entreprennent des études supérieures dans ce domaine et envisagent encore moins d’y faire carrière. Que peut-on faire pour aider les femmes de demain à surmonter ces stéréotypes ?

« La technologie pour les garçons » est un stéréotype qui perdure en partie car les filles sont moins susceptibles d’avoir des ami(e)s, mentors et modèles dans ce domaine. Les parents voulant pousser leur fille dans le domaine de la technologie abandonnent souvent dès qu’elles préfèrent Barbie aux robots…

Il est nécessaire de se concentrer sur qui elles sont vraiment et sur des archétypes positifs : Girls and Minecraft représente l’occasion unique d’encourager l’apprentissage de la technologie pour les filles et de défier certains stéréotypes négatifs en parallèle !

Girls and Minecraft et les archétypes

Minecraft se différencie des autres jeux puisqu’il permet de construire des compétences techniques et qu’il est populaire chez les filles.

Nous proposons alors de combattre les stéréotypes simplistes, dominants et négatifs comme « Les filles ne font pas de technologie » en se concentrant sur des archétypes complexes, malléables et positifs. Nos filles ont plutôt tendance à s’identifier à un archétype positif spécifique qu’à être motivée à combattre un stéréotype de genre.

Kate_Darlene-300x138
Kate et Darlene, hackeuses de la série Mr. Robot

Si votre fille s’intéresse déjà à Minecraft, elle a déjà dû découvrir certains des archétypes uniques dont nous allons parler, mais bien sûr ce jeu n’est qu’un exemple. Nous allons développer 4 archétypes de filles qui peuvent être connectés à des intérêts technologiques via Minecraft : The Geek Girl, The Overachiever, The Artist et The Socialite.

  • The Geek Girl

Votre fille est adepte des t-shirts scientifiques et joue avec plaisir aux jeux vidéos avec des garçons geeks ? Vous avez alors une fille rare : une geek ! Le fait que certains filles semblent parfaitement à l’aise à l’idée d’avoir une identité de geek et d’embrasser une vie sociale dans une culture dominée par les garçons reste un mystère!

Nous pouvons prendre l’exemple du film « Hidden Figures » dans lequel trois femmes afro-américaines travaillant à la NASA dans les années 60 ont lutté contre les hypothèses sexistes et racistes afin de pouvoir jouer un rôle majeur dans la course spatiale. Mais toutes les filles geeks ne pourront persister sous une telle adversité. Et nous avons notre part à faire pour les y aider !

Très souvent, les filles geeks sont entourées de garçons qui partagent leurs intérêts. Les activités extra-scolaires comme la robotique ou les compétitions de maths peuvent les aider à se lier avec d’autres filles tout comme les communautés en ligne (Scratch, DIY.org, Minecraft…)

Ce que vous pouvez faire :

Aidez-la à trouver d’autres filles qui partagent ses intérêts (ex : Minecraft). C’est souvent difficile à un niveau local mais les communautés en ligne Minecraft sont une ressource fabuleuse! Vous pourrez y trouver un mélange sain de filles et garçons et une communauté inclusive ! Pour celles préférant être dans une espace pour filles, des camps d’été en ligne Minecraft existent

Futur en Seine - Day Three - Image ©Dan Taylor/Heisenberg Media.
Futur en Seine – 2016

Youtube est également une plateforme abritant une communauté de filles geeks qui peuvent devenir des modèles inspirants comme Aureylian ou Cupquake !

  • The Overachiever

Votre fille s’efforce d’être en tête de classe, d’avoir de bonnes notes et d’être reconnue par ses enseignants ? Alors c’est une Overachiever ! Elle pourrait ne pas être passionnée par les STEM (Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) mais si celles-ci engendrent réussite, alors elle s’y engagera ! Même si les filles ont tendance à être plus agiles en mathématiques et en sciences, elles ne l’envisagent encore que très rarement en temps que part d’elle-même ou de loisir.

Ces filles ont besoin d’un modèle inspirant non conforme à l’archétype geek !

Ce que vous pouvez faire :

Dans les « Connected Camps » que Minecraft propose, plusieurs conseillers avec des antécédents et identités différents sont regroupés dont des jeunes femmes qui se spécialisent dans les domaines de la technologie. Cela permet aux jeunes « Overachiervers » de tisser des liens avec des grandes soeurs expertes en technologie, qui réussissent et qui restent très sympas ! En effet, pour ces filles, il est important d’avoir une vision claire et concrète du fait que la technologie peut être liée au succès.

  • The Artist

Votre fille s’intéresse à des activités comme la musique, l’écriture ou les arts visuels ? Elle a un attrait plus particulier pour le côté créatif de Minecraft comme la création de vidéos, d’images en pixel ou de constructions épiques ? Ce n’est peut-être pas la plus sociable des filles mais elles est moins socialement marginalisée que ses collègues geeks ?

Presque tous les innovations créatives d’aujourd’hui ont une composante technique ! Par exemple, le programme « Digital Divas » a créé des clubs de technologie et de codage pour les filles qui s’intéressent à des axes créatifs comme la mode.

Futur en Seine - Day Four - Image ©Dan Taylor/Heisenberg Media.
Futur en Seine – 2016

Ce que vous pouvez faire :

Minecraft peut également aider à construire des ponts entre les intérêts artistiques d’une fille et les activités technologiques (comme le codage ou encore l’ingénierie). Elles peuvent essayer les « Afterschool programs » ou encore les « Online summer camps » en ingénierie, la conception de jeux… Il s’agit là de connecter les compétences techniques d’apprentissage à un domaine qui passionne déjà votre fille, ce qui signifiera pour elle être créative !

  • The Socialite

Votre fille aime sortir avec ses amis ? Être au centre de la scène sociale ? Nous pouvons alors la qualifier de « Socialite ». C’est l’archétype de la fille « commune », qui répond aux attentes générales. Elle est souvent populaire auprès de ses pairs et peut fuir les sciences et la technologie de peur d’être trop « nerdy ». D’autant plus quand elle entre dans la période de l’adolescence où l’influence de ses pairs est d’autant plus forte.

La plupart des tendances technologiques partent des jeunes filles : messages, réseaux sociaux, jeux sociaux… et beaucoup de filles aiment jouer à Minecraft entre ami(e)s ! S’entourer de pairs ayant ces intérêts pourrait alors aider à faire de votre fille « Socialite » une adapte de la technologie (création de GIFs, médias et applications…).

Ce que vous pouvez faire :

Les filles s’intéressent déjà à Minecraft en tant que plate-forme sociale, c’est donc une ouverture pour accrocher les intérêts technologiques des filles « Socialites ». Beaucoup de nos campeurs participent car ils créent des relations fortes, créent des jeux de rôle… La fille « Socialite » est donc d’abord là pour des raisons sociales, mais elle reçoit alors beaucoup d’invitations à s’engager dans des activités créatives, du design, du codage, de l’ingénierie… qui peuvent approfondir les intérêts pour la technologie.

Ces 4 archétypes ne sont pas exclusifs, ils ne sont qu’un point de départ à une réflexion plus profonde (l’athlète, la rebelle, l’activiste…). Ce sont juste des exemples pertinents par rapport à Minecraft et peuvent donc aider à connecter les filles à la technologie et les pousser à s’y engager.

Toutes les filles ne finissent pas par être codeur, scientifique ou ingénieur mais beaucoup s’en privent en raison des stéréotypes de genre dominants ou du manque de modèles.

28 Février 2017

Source : https://blog.connectedcamps.com/minecraft-girls/