Immersion dans un des deux collèges de Roissy-en-Brie où les équipes de Startup For Kids ont posé leurs bagages le temps de deux journées éducatives, ludiques et pédagogiques pour sensibiliser au cyberharcèlement au travers d’un escape game plus de 350 élèves des collèges d’Eugène Delacroix et d’Anceau de Garlande !

Une initiative portée et soutenue par la Ville de Roissy-en-Brie, et son maire, François Bouchart. 

En 2020, 700 000 élèves sont victimes de harcèlement en France.

Le harcèlement se pratique également en ligne : sms et réseaux sociaux en sont les principaux outils. Insultes, moqueries, rumeurs, se diffusent rapidement par un simple click, like ou partage de l’humiliation subie…

Si les médias sociaux sont généralement utilisés de manière saine et responsable par la grande majorité des jeunes, il existe néanmoins des dérives.

Les sensibiliser au sujet du cyberharcèlement, les faire réfléchir en équipe sur leurs pratiques numériques, développer leur esprit critique, telles sont les raisons d’être de cet atelier animé et conçu par Startup For Kids avec notre partenaire OnePoint.

Une approche pédagogique et ludique privilégiée pour faciliter le dialogue

L’équipe d’animation emmenée par Éloïse et Morgane a donné RDV lundi 14 février aux élèves de 4 ème au CDI du Collège Eugène Lacroix. Elles vont accueillir successivement sept classes de collégiens, âgés entre 12 et 14 ans, autour d’un atelier d’une heure consacré au cyberharcèlement.

Au programme, un escape game, un jeu d’énigme collaboratif et ludique pour amener en douceur ce sujet lourd et épineux.

Ce parcours immersif se construit autour de trois phases :

1) Une entrée en douceur pour « déposer » un peu de soi, son humeur du moment… Au centre de la table, les élèves choisissent une carte imagée en lien avec leur météo/aspiration intérieure. A l’instar d’Anna, 13 ans, qui prend une carte qui la relie à ce qui l’anime « j’aime dessiner, je ne sais pas exactement ce que je vais faire plus tard, mais ce sera en lien avec l’art » . Petite parenthèse enchantée avant de commencer.

2) Un escape game pédagogique pour « faciliter ». À une des tables, une des quatre facilitatrices se transforme tout d’un coup en « Madame Blanche », proviseure du collègue Zinedine Zidane. Par équipe de six, les élèves vont tenter de résoudre l’énigme en suivant le parcours d’Angèle, une excellente élève dont les notes vont se dégrader et les absences se répéter. Son sac à dos posé sur sa table, Angèle s’est encore absentée. Où est-elle ? Comment expliquer sa situation qui s’est détériorée ?

Concentrés, attentifs, souriants et connectés, ces enquêteurs en herbe munis d’un ordinateur portable vont remonter les pistes à travers un faisceau d’indices trouvés dans son sac à dos oublié.

Pour ceci, ils vont collaborer, utiliser leur logique, leur sens de l’observation et leur esprit de déduction pour comprendre les raisons de ce revirement et arriver à cette triste conclusion (dont nous ne vous dévoileront pas l’issue pour préserver l’énigme), qu’un élève volontaire de chaque groupe résumera avec ses propres mots.

Les faisceaux d’indices de nos détectives découverts dans le sac à dos d’Angèle

La facilitatrice devenue « Madame Blanche », proviseure du collège Zinedine Zidane, le temps de l’escape game. 

3) Un temps pour dialoguer. Poser ses mots sur ce qui vient de se passer, sur ce qu’est le harcèlement et « sa version numérique », Anna le défini ainsi, « c’est une personne qui s’acharne sur quelqu’un »  complété par Nathan « et de façon répétitive  » .

Des différentes formes de harcèlement à ses conséquences, des conseils aux solutions proposées : que faire, vers qui se tourner ? tels sont les sujets/questions abordés avec les élèves à travers une présentation pédagogique et de courtes vidéos animées par les facilitatrices devenues animatrices.

Quand la sonnerie retentit, quelques voix se font entendre dans le calme et la sérénité, « je n’ai pas vu le temps passer », « c’était trop bien » , « je ne savais pas que cela touchait autant de jeunes » ou encore « il faut vraiment en parler » .

_______________________

Des ateliers sur-mesure adaptés à votre problématique pédagogique

Du cyberharcèlement à la prise de parole en public, ces ateliers basés sur une approche ludique et innovante peuvent s’inscrire dans votre projet pédagogique ou en soutien de vos actions éducatives sur ces deux grands thèmes :

1) L’acculturation et la sensibilisation aux nouvelles technologies : création de son premier chabot, introduction aux data, découverte l’IA de façon concrète… ;

2) Développement des soft skills, des compétences indispensables pour s’adapter à ce monde en pleine mutation : apprendre à se connaître ; à réfléchir par soi-même, à distinguer ses forces et ses pépites, à réaliser son premier CV et lettre de motivation… ;

Quelques exemples d’ateliers parmi d’autres ; avec comme seul crédo « Learning by doing », le tout dans une approche ludique et collaborative.

Envie d’organiser un atelier sur-mesure ? Pour en savoir plus sur les thématiques de nos ateliers, contactez Sharon Sofer à sharon@startupforkids.fr